Follow by Email

jeudi 10 novembre 2011

Pourquoi sans gluten, sans protéine de lait de vache et sans oeuf ?

Pour commencer, je tiens à vous faire part de notre histoire. Pourquoi ? tout simpement parce que cela pourrait aider d'autres parents.

Je reprends depuis la naissance de notre fils: beau bébé de 3kgs 760 pour 52 cm, né après terme par déclenchement, je l'ai allaité pendant 4 mois et demi. ( Je tiens à préciser que je suis une TRES grosse consommatrice de lait de vache.)
Nous lui avions évidemment donné un prénom mais un surnom lui collait à la peau: "VO-MI-TO" !
En effet, nous ne pouvions pas le laisser sans bavoir. Il émettait des jets de lait toute la journée, se tordait de douleur, était constipé. A côté de ça, il était éveillé et très souriant.

A 4 mois, nous avons commencé la diversification (et oui à l'époque c'était 4 mois !) et j'ai progressivement arrêté l'allaitement (grosse erreur d'une débutante mais c'est un autre sujet !).
Nous lui donnions un lait épaissi pour limiter les vomissements et la diversification a un peu arrangé tout cela. Cependant, il cumulait les otites, rhino, gastro, eczema, erruptions cutanées, constipation et j'en passe. Je parlais de mes inquiétudes aux professionnels mais on me répondait qu'il fallait que son système immunitaire se développe, qu'il n'avait pas de chance, qu'il faisait les dents, etc. Autant d'arguments que j'écoutais mais qui ne m'enlevait pas cette impression: mon fils avait quelque chose qui n'allait pas !

J'ai repris le travail lorsqu'il avait 9 mois. Il est donc allé chez une nounou. Elle nous disait qu'il aimait jouer seul mais tout allé bien malgré la multitude de microbes qui s'acharnaient sur lui.
A 3 ans, il est allé à l'école ! la séparation a été très difficile ! Pour reprendre les mots de la maîtresse (très réconfortants pour une maman !): " je n'ai jamais vu un enfant pleurer autant".
Autant dire que l'école ne se passait pas bien. Quelques temps après, il a commençé à faire des "crises" principalement lors des repas: regard vide, gémissements, gesticulations des bras et des jambes. Nous avons peu à peu perdu la communication avec lui. Il restait allongé par terre toute la journée, ne jouait plus, ne parlait plus et n'était plus propre le jour !
Après différentes consultations (dont je vous épargne les détails), on nous a annoncé que notre fils était épilleptique. Le traitement a été mis en place mais nous ne constations que très peu d'amélioration. Autant vous dire que j'étais morte de peur à l'idée de le laisser dormir seul dans sa chambre.

Une nouvelle consultation avec la même neuropédiatre nous a de nouveau assommée: "on arrête le traitement car votre fils a des troubles du comportement plus ou moins liés à de l'autisme. Je vous fais un courrier pour aller consulter au Centre Ressources Autisme".
En gros: au revoir  et débrouillez vous avec ça ! Je n'oublierai jamais cette journée, cette douleur !
Pourtant, nous avons voulu croire en notre fils. Il allait bien avant, il n'y avait aucune raison que cela ne revienne pas. Je dois ajouter que notre médecin traitant a su trouver les mots pour nous réconforter.
J'ai passé des heures, que dis-je des jours, à faire des recherches sur internet !
Et soudain, LA SOLUTION:  LE REGIME SANS GLUTEN ET SANS CASEINE. Mon instinct de maman me disait que c'était ce que nous devions faire. Nous n'avions rien à perdre et peut être tout à gagner. J'en ai parlé aux "professionnels" pour ne pas mettre la santé de notre fils en danger. Tous nous ont dissuadés, beaucoup nous ont pris pour des fous, certains nous ont fait comprendre que c'était de la maltraitance et UNE personne, une seule, à savoir notre médecin traitant (encore lui), nous a laissé faire ! il n'a pas cautionné mais il n'a pas critiqué ! il n'avait pas de solutions pour notre fils et ce régime n'était pas nuisible à sa santé !
Nous l'avons donc mis en place.
Entre temps, nous avons consulté une naturopathe sur Paris, qui nous a guidé et a fait faire des analyses à notre fils. Elle le suit toujours aujourd'hui et lui prescrit des compléments alimentaires pour éviter toute carence.
Résultat des analyses: grosse anémie, carences ET allergie à la protéine de lait de vache, intolérance au gluten, au jaune d'oeuf, à la prune (je lui donnais sans cesse de la compote de pruneau pour traiter la constipation), au miel et à l'ail !
Nous avons aussitôt mis en place toutes ces évictions et après seulement une semaine nous avons vu des petites modifications dans son comportement !

Bilan du CRA qui a eu lieu un an après la mise en place du régime: votre enfant n'est pas autiste ! il n'y a aucune raison qu'il ne fasse pas une scolarité normale !

Consultation chez cette même neuropédiatre. Verdict: développement spéctaculaire. Elle ne veut cependant pas entendre parler de ce régime.

Aujourd'hui, notre fils a 6 ans. Il est en grande section et bénéficie d'une AVS (9H00 par semaine).  Il suit toujours des scéances d'orthophonie et de kiné (méthode PADOVAN) mais il rattrappe tout le retard accumulé. C'est un garçon heureux, souriant, qui communique, adore jouer, rigole avec son frère. En somme c'est un enfant qui va bien. Il est rarement malade, n'a plus mal au ventre, n'a plus de migraine.
Il ne fait plus aucune crise, a fait de gros progrès et continue à en faire. Nous l'avons changé d'école (ça c'est un autre sujet aussi !) et il reprend goût aux apprentissages.
Vous n'imaginez pas à quel point je suis comblée de revoir ce beau sourire, d'avoir ces éclats de rire, qu'il me tienne tête et exprime ses opinions.
Je n'incite personne à mettre en place ce régime. Nous avons consulté de nombreux spécialistes et avons choisi cette voie mais cela n'engage que nous.
Aujourd'hui, sur les conseils de notre naturopathe nous évitons le soja et le mais, vous n'en trouverez donc pas dans mes recettes.
Cela fait plus de 3 ans que notre fils suit ce régime et j'ai donc beaucoup de recettes à partager. J'espère qu'elles vous seront utiles et que vous vous régalerez autant que nous.
Trève de blabla, je vous laisse découvrir tout cela.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire