Follow by Email

vendredi 9 décembre 2011

Comment mon fils a pu manger à la cantine après 3 ans de démarches !

Aujourd'hui, je voudrai partager mon expérience sur un sujet très délicat: faire manger son enfant à la cantine alors qu'il est allergique ou intolérant.

Lorsque mon fils a pris l'école, il suivait encore un régime dît classique car nous ne savions pas encore qu'il était allergique. Après différents examens, nous avons eu le diagnostic d'allergies à la protéine de lait de vache et nous avons aussi fait des tests d'intolérance qui révélaient des soucis avec le miel, la prune, le gluten, l'oeuf et l'ananas.
De là, nous avons mis le régime d'éviction en place et la question de la cantine s'est posée. J'en ai parlé à l'école et tout le monde se renvoyait la balle. Il faut contacter cette personne puis celle là, etc.
Au final, nous avons vite compris que notre fils n'était pas le bienvenu à la cantine. Il n'y avait qu'une cantinière pour une quarantaine d'enfants et elle ne savait pas comment gérer cela. Elle voulait le faire manger seul à une table pour ne prendre aucun risque ! (Pour information, faire manger mon fils à la cantine est un choix car travaillant à domicile, je peux le récupérer chaque midi. Dans de telles conditions, il était peu probable que mon fils se sociabilise et je ne voulais pas qu'il devienne une "bête de foire" !).
Pendant 3 ans, j'ai abordé le sujet de nombreuses fois mais il était clair qu'aucun effort ne serait fait !

Règle n°1: taper du poing sur la table car tout enfant doit pouvoir manger à la cantine sans être isolé !

En classe, les choses n'étaient guère mieux. La maitresse ne faisait pas beaucoup d'efforts non plus ! je donnais des gâteaux et des friandises qu'elle devait donner à mon fils quand il y avait un goûter d'anniversaire ou un évènement spécifique (Noël, galette des rois,...) et il est souvent arrivé que mon fils me dise avoir mangé des choses que je n'avais pas donné ("j'ai mangé des bonbons en forme d'ours" : pas le genre de choses qu'un enfant invente !).
Il arrivait aussi que les autres enfants arborent des petits paquets de bonbons et que mon fils n'ait rien car soit elle ne donnait pas soit elle n'en avait plus mais ne pensait pas à me le dire !
De même, il est revenu un jour avec un poussin en carton qu'il avait fabriqué à l'école. Il était vraiment heureux de son chef d'oeuvre (car oui c'était un chez d'oeuvre vu que fait par mon fils ! ) mais la maîtresse avait mis des chocolats dans le poussin et des chocolats au LAIT ! J'ai donc dû expliquer à mon fils qu'il ne pouvait pas les manger ! Heureusement, la "commande" aux cloches était déjà passée et j'ai pu lui remplacer par du chocolat garanti "sans" mais de voir la déception dans les yeux de son enfant est vraiment horrible !
Je pense que la maîtresse voulait bien faire en lui donnant les chocolats comme aux autres enfants mais c'était pire justement ! Enfin, j'espère car peut être qu'elle avait juste oublié ses allergies !
Elle m'avait pourtant demandé de noter dans le cahier de liaison les aliments qui lui étaient interdits ! A aucun moment, on nous a parlé de mettre en place un PAI. Nous n'avons pas cherché à approfondir le problème car à partir du moment où nos consignes étaient respéctées, il n'y avait pas de soucis !

Règle n°2: ne jamais faire confiance et toujours faire un écrit avec la médecine scolaire !

Cette situation s'est répétée plusieurs fois ! J'avais beau demander à la maîtresse de me prévenir quelque jours avant pour que je lui fournisse les aliments, elle oubliait à chaque fois !
Tous ces cumuls nous ont fait nous intérroger sur un changement d'école. Je me suis rendu aux portes ouvertes de différents établissements et nous avons choisi LA nouvelle école.
Lors de l'entretien (qui a duré 2H30 contre 10 minutes dans d'autres écoles!), j'ai posé mes conditions: j'inscris mes 2 fils et le bébé que j'attend viendra aussi chez vous si mon grand peut manger à la cantine dans de bonnes conditions! Et là, miracle ! ils étaient complètement ouverts !


Règle n°3: ne pas hésiter à poser ses conditions surtout dans le privé !

Nous avons fait les démarches auprès de la médecine scolaire. Le directeur nous a dit qu'il mettrait à disposition de mon fils un micro-ondes et un réfrigérateur (question d'hygiène sanitaire: il n'est pas possible d'amener de la nourriture dans le frigo collectif !).
Les démarches ont été très simples: prise de rendez vous, la semaine suivante rendez vous, remplissage du dossier sur le champ et dès le lendemain mon fils pouvait manger à la cantine !
Nous avons vraiment trouvé des personnes compréhensives et petite cerise sur le gâteau "SANS", nous ne payons rien vu que je fournis les repas.

Règle n°4: ne pas hésiter à changer d'école quand c'est possible ! On ne peut malheureusement pas changer toutes les mentalités ! J'ajouterai aussi suivre son instinct de maman !

Aujourd'hui, mon fils est heureux de manger à la cantine! Il me raconte le soir ce qu'il a mangé comme le fait son frère (chose qui me fait sourire car c'est moi qui lui prépare ses repas !).

J'ai accès aux menus de la cantine sur internet une semaine à l'avance ! Je fais donc mes courses en fonction et j'essaye au maximum de lui préparer la même chose que les copains!
Lorsque je fais des gâteaux ou du pain, je prépare des portions individuelles que je congèle. Cela m'évite d'en faire trop souvent et il a toujours du pain et un petit dessert si les copains ont une pâtisserie ou une glace !

Ainsi, chaque soir, je prépare des petites boites avec le repas et chaque matin , nous remettons un petit sac à dos isotherme à une dame de la cantine qui met tout au frais.  Le soir, mon fils revient avec sa glacière et ses boites vides lavées.

Règle n°5: être organisée !

Le grand point positif c'est que mon fils, pourtant si difficile, commence à manger certains aliments qu'il ne voulait même pas goûter avant !
Il mange à la même table que ses copains et en est vraiment heureux. Il n'y a jamais eu de soucis car il est au courant de ses allergies et le vit très bien.

Nous avons vraiment tout gagné en changeant d'école ! Cela nous complique la vie car maintenant je dois prendre la voiture et faire 10 km matin et soir pour aller les déposer et les rechercher mais cela en vaut vraiment le coup !

Il est clair que nous nous ferons une joie d'offrir une belle boite de chocolat aux vacances de Noêl aux dames qui s'occupent de lui !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire